BLUE COON NIKITA DE LA MARQUERAIS

Femelle brown blotched tabby - Née le 06 /03/1997 et décédée le 20/03/2001 de la P.K.D.

Celle par qui tout commença :

Pudique, aimante, discrète, présente, Nikita, ma chatte, mon amour.

C'était l'été. Après un long séjour en Arabie Saoudite et plusieurs années sans chat, je n'y tint plus et me mis en quete d'une jolie chatte. Je découvris le Maine Coon, nouvelle race pour moi, pour laquelle je ressentis immédiatement un véritable coup de foudre !

J'ai reçu ta photo... J'ai su que je t'avais trouvée... Un regard (trans)perçant, franc, limpide, magnifique. Nous sommes allés te chercher chez tes premiers maitres, tu avais six mois,tu dormais au soleil, sereine, tu nous attendais...
Très vite,tu as séduit toute la famille.
Des kilomètres de caresses, de mamours, des milliers de bisous. Ton museau devait etre usé à force d'etre embrassé... Tu étais irrésistible !
Et puis tu as grandi. Tu t'es montrée de plus en plus maternelle et protectrice.Tu ne supportais pas d'entendre pleurer Christopher et tu accourais toujours pour le défendre, le réconforter. Meme endormie à l'autre bout de la maison, tu te précipitais. Le chagrin était vite oublié, tu étais dans ses bras et tu le couvrais de bisous à ta façon : de grands coups de museau sur son visage accompagnés d'un regard bourré de tendresse. Des moments inoubliables, rares, magiques. Tu en as fait le plus heureux des petits garçons de 6 ans et je ne t'en remercierai jamais assez.
Nous avons vite compris que tu étais une petite chatte extraordinaire, hors du commun. Tu ressentais tout, tu veillais à tout, tu aimais profondément.
Tu n'as jamais manqué la séance de lecture du soir. Nous nous installions sur le lit, tu prenais place, toi aussi, lovée au milieu de nous, et, bercée par ma voix que tu affectionnais tout particulièrement à ce moment précis de la journée, tu fermais les yeux, tu écoutais, tu étais heureuse.




  
Nikita 4


Mais aujourd'hui, nous te pleurons, Nikita. Christopher pleure mais tu ne viens plus...
Tu es partie définitivement le jour du printemps ; un printemps que nous attendions avec impatience, comme tous les ans. Tu aimais tant le jardin aux beaux jours !
Pudique comme tu l'étais, tu as trop bien caché les premiers signes de la maladie, et moi, stupide humain, je n'ai rien vu, rien compris. C'est une affreuse maladie génétique qui t'a emportée, alors que tu venais d'avoir quatre ans.
Tu nous a tant apporté ! Trois ans et demi de bonheur intense, inoubliable.

Comme ton regard, ta chaleur et ton odeur nous manquent ! Nous ne t'oublierons jamais. Tu reposes dans notre jardin, à l'ombre du Mahonia, mais je sais que tu brilles pour nous quelque part...

Je t'aime, Nikita, ma petite chatte d'amour, ma "Toute Douce", pour toujours...

Fabienne - Juin 2001
  
Nikita 2




  
Nikita 1
  
Copyright La Marquerais
. .